Le bilan écologique

L’agriculture suisse a déjà réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 11,2% entre 1990 et 2015. En matière de produits d’origine animale, le bilan écologique de la Suisse est d’ores et déjà meilleur sous de nombreux aspects que celui de la plupart des autres pays. Y contribuent notamment une agriculture orientée vers une production durable, la détention de bovins et d’ovins basée sur le fourrage grossier ainsi que les nombreuses exploitations de transformation possédant une certification environnement. La valorisation de sous-produits issus de la transformation de denrées alimentaires et les trajets de transports courts ont par ailleurs des répercussions positives. Il est néanmoins nécessaire de réduire encore davantage la concurrence directe existant entre l’affouragement d’animaux de rente et l’alimentation humaine. Pour la production de viande suisse, cela signifie qu’il faut orienter l’agriculture vers une production durable (prestations écologiques requises PER), utiliser efficacement les herbages, optimiser l’utilisation des ressources issues de la transformation de denrées alimentaires(utilisation de nutriments précieux issus des sous-produits d’abattage, revalorisation conséquente de sous-produits de l’industrie agroalimentaire), et enfin apporter un complément adéquat aux rations fourragères tout en maintenant les importations de compléments fourragers à un niveau aussi faible que possible.

L’agriculture et ses lieux de stockage du CO2

L'agriculture est certes source d'émissions, mais elle sert en même temps aussi de lieu de stockage (les sols riches en humus réduisent le CO2), tandis que les autres secteurs agissent uniquement comme émetteurs.

Le lait et les produits laitiers

La production de viande est liée à la production laitière. Les vaches laitières produisent elles aussi du CO2, du méthane et du protoxyde d’azote. Et une vache ne produit du lait que si elle donne naissance à un veau par an. Ceci doit être pris en compte dans les réflexions écologiques. En 2015, on a consommé en Suisse à peine 51,5 kg de viande et 121 kg de lait et de produits laitiers par habitant.