Santé animale

Divers organismes veillent à la santé des animaux de rente suisses. Un contrôle sans faille du trafic des animaux doit permettre d’éviter toute épizootie. La surveillance active porte ses fruits: la Suisse est largement exempte d’épizooties hautement contagieuses.

Protection animale et hygiène

La prise en charge correcte des animaux est également déterminante pour leur santé. Elle est assurée par la stricte loi sur la protection des animaux, laquelle  doit être strictement observée et est contrôlée de manière indépendante. La propreté générale et l’hygiène sont également suivies de près. Les médicaments ne sont utilisés qu’en étroite collaboration avec le vétérinaire et font l’objet d’un procès-verbal détaillé. On ne trouve aucun résidu dans la viande suisse.

Contrôle

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) contrôle et surveille la santé animale. Lui et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) se partagent la responsabilité du contrôle de la viande et des produits carnés. Les médicaments pour animaux doivent être autorisés par la Confédération et leur sécurité est contrôlée au préalable.

Traçabilité

La traçabilité de la viande suisse du comptoir du magasin à l’abattoir – et de là aux exploitations de naissance – est une marque de qualité importante. Le contrôle du trafic des animaux vaut pour tous les animaux à onglons; pour les bovins, les veaux, les ovins, les chèvres et les porcs, mais aussi les buffles, les lamas, les alpagas ainsi que les daims et les cerfs rouges détenus en Suisse. Les animaux sont marqués à la naissance et enregistrés dans une banque de données nationale. Les contacts avec d’autres animaux et les transferts dans d’autres exploitations sont enregistrés.