«Nous formons vraiment une bonne équipe»

«bon Appétit» en visite à la ferme.

Adi et Brigitte Inderbitzin sont éleveurs bovins. Ils vivent avec leurs enfants, Claudia, Corina et Edi, dans une ferme située à la périphérie de Schänis (plaine de la Linth). Au cours de notre entretien, ils nous ont parlé de leur quotidien de producteurs de viande, de leurs plus grands défis et de l’importance de l’agriculture pour la Suisse.

Brigitte, qui vit et travaille chez vous à la ferme?

«Mon mari et moi gérons l’exploitation à deux. Nous y habitons aussi avec nos trois jeunes enfants. Claudia, notre aînée, va au jardin d’enfants. Les deux plus petits restent ici avec nous et nous aident comme ils le peuvent. Adi a repris la ferme de 14 hectares de ses parents – et lorsque ceux-ci ne sont pas dans les alpages ou ne travaillent pas à la remontée mécanique, ils vivent et travaillent aussi ici avec nous. Nous possédons 16 vaches mères, mais aussi près de 30 veaux, un chien, cinq chèvres et un chat.»

Que proposez-vous à vos clients?

«Nous vivons presque exclusivement de la vente de viande. Mais je collabore aussi avec le groupe «Bürinnäapéro Linth». Les apéritifs que nous préparons sont uniquement composés de produits de la région, du fromage à la viande, en passant par le pain. Dans cette même optique, nous ne servons pas de jus d’orange, mais un délicieux jus de pomme local. Les clients ont d’abord dû s’y habituer, mais depuis, ils adorent notre concept.»

Avec votre exploitation, vous vous consacrez entièrement à l’élevage de vaches mères.

«Oui. Il y a cinq ans, nous avons décidé de passer de la production de lait à la production de viande. La boucherie de Bruno Rickli nous achète près de la moitié de nos veaux. Nous vendons l’autre moitié nous-mêmes, sous la forme de paquets mélangés, disponibles en différents formats, le plus petit contenant une huitième de bœuf. Tous les morceaux de l’animal sont proposés dans ces paquets. Nos clients reçoivent donc non seulement des filets et des entrecôtes, mais aussi des escalopes, de l’émincé, de la viande hachée, du goulasch, du bouilli ou encore du foie. Pour la transformation, nous travaillons également avec Bruno et adaptons notre offre aux demandes de nos clients. Ils peuvent ainsi choisir s’ils préfèrent une entrecôte entière ou coupée en tranches, etc.»

Qui sont vos clients?

«La plupart de nos clients sont des familles. Ils viennent de la région, mais aussi du reste de la Suisse. Ils attachent généralement une grande importance à la qualité et à l’origine de la viande. Nous les connaissons pour la plupart personnellement et avons même noué des liens d’amitié étroits avec un bon nombre d’entre eux.»

Qu'est-ce qui est important pour vous en matière de détention de vos animaux?

«Pour nous, il est essentiel que nos animaux soient détendus et qu’ils puissent vivre et grandir de la manière la plus naturelle possible. A leur naissance, les veaux restent quelques jours seuls avec leur mère, dans un box séparé. Ensuite, les vaches mères et leurs petits passent en stabulation libre, où ils peuvent bouger en toute liberté. Ils paissent le plus possible dehors, dans les prairies, et mangent ce que la nature leur donne. Et pour que nos animaux ne soient pas trop craintifs, Adi essaie d’avoir chaque jour un contact avec chacun d’eux.»

A quoi ressemble une journée normale chez vous?

«La journée de toute la famille commence vers 7 heures. Adi se charge de l’étable et des animaux et je m'occupe de la maison et du jardin. Il est donc le premier à entrer dans l’étable le matin. Quant à moi, je prépare les enfants et vers 7 h 30, nous prenons notre petit-déjeuner tous ensemble. Vers midi, Claudia rentre du jardin d’enfants et nous mangeons en famille. L’après-midi, selon le temps, nous travaillons dans l’étable, dans les champs ou au jardin.

Les visiteurs sont les bienvenus chez nous à toute heure. Pour nos clients, c’est souvent une expérience incroyable de pouvoir observer tout le troupeau paître dans les prairies. Le soir, Adi s’occupe des animaux – et quand les enfants vont au lit après le souper, on peut profiter de la soirée.»

Votre ferme et votre viande sont connues bien loin à la ronde. Qu’est-ce qui vous distingue des autres exploitations?

«Nous sommes passionnés par notre travail. Adi et moi formons vraiment une bonne équipe. Je pense que nos clients ressentent que nous aimons ce que nous faisons et que nos animaux sont bien soignés. Pour nous, l’important dans notre travail quotidien, c’est de mettre en avant le caractère régional et durable de nos produits – et nous tentons également de transmettre activement ces valeurs à nos enfants.»

Quels sont les plus grands défis auxquels vous êtes confrontés?

«Nous travaillons de manière indépendante et devons soigner sans relâche nos relations avec nos clients. Parallèlement, le marché et les conditions-cadres politiques évoluent, ce qui entraîne une certaine insécurité. Pour pouvoir proposer une viande de haute qualité, nous devons investir beaucoup dans notre ferme – ce qui se répercute bien entendu sur le prix de nos produits. Il est donc d’autant plus important pour nous de nous associer à des partenaires stables, comme notre boucher Bruno Rickli.»

Pourquoi l’agriculture est-elle importante pour la Suisse?

«En tant qu’agriculteurs suisses, nous produisons diverses denrées de haute qualité. Nous veillons également à préserver la nature ainsi que la diversité des plantes et des animaux.»

Comment voyez-vous l’avenir de votre belle exploitation?

«Les habitudes de consommation actuelles nous éloignent, nous les êtres humains, de plus en plus de tout ce qui est à notre disposition ici, juste devant notre porte. Consommer des produits régionaux et de saison, c'est soutenir une agriculture durable, qui veille à une détention des animaux conforme aux exigences des espèces et qui cultive des fruits et légumes dans le respect de la nature. Tout cela a un prix. Nous dépendons donc des clients qui partagent nos valeurs et sont prêts à investir dans notre projet et notre mode de production. Mais par chance, les gens prennent de plus en plus conscience de l’importance de consommer des produits durables.»

Merci à Brigitte Inderbitzin et sa famille pour leur accueil chaleureux et pour le temps consacré à cet entretien. Nous avons partagé un agréable moment!

Contact:

Adi und Brigitte Inderbitzin,
éleveurs bovins de Schänis SG,
Wolfschlaggasse 349

Tel. Adi: 079 746 61 23  
Tel. Brigitte: 079 782 77 06

Suivez la famille Inderbitzin sur Facebook: